Accueil Editos Breves Archives Sommaires Librairie Abonnements Liens Contact
N° d'abonné :
Mot de passe :


Mot de passe oublié ?
Le prochain JDJ paraîtra le
20 septembre 2013
Consulter un autre édito



Pub inappropriée ?

L'AS-TU LU ?




Edito du n° 297 (09-2010)

Les obsessions du «Petit Maréchal»

Il y a déjà trois ans et demi, Jacques Ladsous(1) signait un éditorial dans notre revue évoquant sa jeunesse sous le régime de l’État français : «j'ai parfois aujourd’hui l’impression de revivre les sombres années de mon adolescence».

 Par Jean-Luc Rongé 


Avec le discours de Grenoble du 30 juillet, c’est la première fois depuis la Libération qu’un chef de l’État s’en prend à une frange bien distincte de la population, ethnicisant la stigmatisation.

Avec le discours de Grenoble du 30 juillet, c’est la première fois depuis la Libération qu’un chef de l’État s’en prend à une frange bien distincte de la population, ethnicisant la stigmatisation : «les clandestins doivent être reconduits dans leur pays. Et c'est dans cet esprit d’ailleurs que j’ai demandé au ministre de l’Intérieur de mettre un terme aux implantations sauvages de campements de Roms (…). Dans les trois mois, la moitié de ces implantations sauvages auront disparu du territoire français». L’amalgame sera vite fait avec les «gens du voyage» lorsqu’il déclarera «Mais en tant que chef de l’État, puis-je accepter qu’il y ait 539 campements illégaux en 2010 en France ?», sachant que les Roms n’en occupent pas tant.

Enfin, reprenant un des «argument-massue» chers à Le Pen : «nous subissons les conséquences de 50 années d”immigration insuffisamment régulée qui ont abouti à un échec de l’intégration». 50 ans… il est vrai que l’Algérie était encore française… et quelques années avant, le père du président de la République débarquait en France, «sans un sou, les pieds protégés par des chiffons tenus par de la ficelle»(2).

Son séide, ministre de l’Intérieur, emboîta le pas en s’en prenant non seulement à ces «Roms» étrangers (la plupart Roumains ou Bulgares), mais également à tous les «apparentés» à cette ethnie : manouches, bohémiens, romanichels, gitans, voleurs de poule… «beaucoup de nos compatriotes sont à juste titre surpris en observant la cylindrée de certains véhicules qui traînent les caravanes» et annonça l’envoi d’inspecteurs du fisc pour examiner l’origine de leurs ressources… Comme si l’on pouvait tirer une caravane avec une Twingo ou une Fiat 500 (photo : merci à Tibo www.ma500.fr).


Et en matière de nationalité, compte tenu des préconisations présidentielles, on se dirigerait plutôt vers une forme de «traçabilité»(3), comme pour les troupeaux de bovins

Il est risible que soit ainsi répété le langage d’une sombre époque. Car, plutôt que d’y voir un nouveau «maréchalisme», on peut aussi constater un comportement de chef de bande de petits blancs, de voyou décidé de faire la guerre à d’autres prétendus voyous.

Bel exemple pour la jeunesse de France.


(1) Ancien vice-président du Conseil supérieur de travail social. «Comme une miette de gâteau», Éditorial du n° 261, janvier 2007.
(2) Pàl Sarkozy, «Tant de vie», Plon, 2010).
(3) Selon les propos de Paul Virilio (Philosophe, urbaniste, auteur de «L”administration de la peur», Ed. Textuel, sur France Inter le 30 août.