Accueil Editos Breves Archives Sommaires Librairie Abonnements Liens Contact
N° d'abonné :
Mot de passe :


Mot de passe oublié ?
Le prochain JDJ paraîtra le
20 septembre 2013
Consulter un autre édito



Pub inappropriée ?

L'AS-TU LU ?




Edito du n° 311 (01-2012)

2012, en guise d’introduction

Nos vœux vous accompagnent dans cette année-charnière : crise ! nancière, économique, sociale sur fond de campagne électorale. Que vos vœux puissent également accompagner la presse en dif! culté… la crise atteignant aussi les revues spécialisées comme la nôtre.

 Par Jean-Luc Rongé 


des collectivités territoriales - en mal d’une honnête compensation financière de leurs compétences élargies - règlent leur conflit budgétaire avec l’État sur le dos des plus vulnérables

Et puis :

-  vous n’aurez pas de jurisprudence ce mois-ci, non par mauvaise volonté, mais par manque d’espace, pour cause de publication de nos tables annuelles;

-  nous revenons sur le placement en protection de l’enfance; avec des contributions retraçant l’histoire du Moyen âge à nos jours (Pierre Verdier), en confrontant droit et pratiques administratives et judiciaires (Claire Neirinck), en faisant part de la complexité de l’accueil et du désarroi des enfants «placés» (Jocelyne Dahan);

-  si nous disposons de telles contributions, c’est grâce à l’organisation des Assises des avocats d’enfants qui se sont tenues Toulouse en décembre dernier : une rencontre des praticiens qui confrontent la parole de l’enfant en justice au poids de l’administration, aux habitudes et aux convenances;

-  placement toujours : la dernière idée de la Protection judiciaire de la jeunesse, ou plutôt sa manière de présenter la commande présidentielle d’un placement immédiat à la première incartade : l’établissement de placement provisoire d’observation et d’orientation (EPPOO) ou comment faire subir au jeune un marathon de dix jours qui doivent ébranler son monde… Effrayant !

-  placement… avec privation de liberté : les mineurs isolés dans les centres de rétention administrative pour étrangers en voie d’éloignement. Comment les tests osseux généralement pratiqués, malgré le manque total de sérieux de cette méthode de détermination de l’âge et l’illégalité procédurale amènent ces adolescents dans l’enfer des CRA : un rapport déposé par les cinq associations reconnues pour assister les étrangers qui se sont réunies au-delà de leur concurrence organisée par l’État;

-  placement toujours, dans le sens «outplacement»… ou plutôt absence de prise en charge : le refus de Conseils généraux de prendre en charge les mineurs isolés étrangers qui se présentent : le feu allumé en Seine-Saint-Denis couvait déjà à Paris et s’étend aux autres départements… tenus par la gauche.

Sur cette dernière question, on constate que des collectivités territoriales - en mal d’une honnête compensation financière de leurs compétences élargies - règlent leur conflit budgétaire avec l’État sur le dos des plus vulnérables. Et si l’on ne s’en prend pas aux personnes âgées ou handicapées, serait-ce parce que leurs familles et leurs proches disposent du droit de vote ?

Une belle manière de fouler au pied les valeurs de solidarité et de non discrimination que l’on prétend défendre pour faire accéder l’un des siens à la magistrature suprême….